Alternative Université Bordeaux 3

Recalibrage de l'offre de formation : Vous avez travaillé pour rien !


EDITO
par Jean-Yves Coquelin

Recalibrage de l'offre de formation :

vous avez travaillé pour rien !

 

 

 

Depuis la réunion du Conseil d'administration le 4 novembre 2012, notre communauté est en émoi : même si le vice-président du CA avait affirmé en juin 2011 que la nouvelle offre de formation était soutenable1, il nous a été annoncé un lourd manque à percevoir du passage aux RCE qui nécessitait un "recalibrage" estimé à cette date à 8.000 heures afin d'économiser 130.000 € sur l'exercice 2012 et de présenter ainsi un budget 2012 en équilibre.2

Depuis cette date, les équipes de formation, les conseils d'UFR n'ont cessé de travailler pour réduire, une fois de plus, les maquettes qui nous occupent depuis plus de deux ans.
La raison en était toute trouvée : on avait laissé la bride sur le cou aux équipes pédagogiques, travaillé sans aucune considération budgétaire et placé l'établissement dans une impasse dont il fallait bien réussir à sortir.

Le 25 novembre, le même Conseil d'administration s'est réuni pour entendre qu'il s'agissait cette fois-ci d'économiser 15.000 heures dans l'offre de formation.3

Les calculatrices se sont remises à chauffer tandis que les conseils décidaient des fermetures ou non-ouvertures de formation à la rentrée 2012. Depuis, nous nous sommes parfois indignés dans les assemblées d'UFR de l'absurdité de cette précipitation et de la volatilité des chiffres utilisés, mais le verdict demeure : il faut recalibrer et entendre que nous avions vu trop grand. Les responsables de formation se sont encore livrés sagement à la basse besogne de peur qu'un autre l'exécute à leur place sans discernement.

Pourtant, tout cela était inutile comme le montre la récente annonce de la subvention octroyée par le Ministère à notre établissement (16 janvier).

La précipitation tenant lieu de mode de gouvernement, la dramatisation autorisant tous les tours de passe-passe, l'équipe présidentielle s'est permis de faire d'une pierre deux coups : désigner l'offre de formation comme la responsable de notre situation financière et masquer un manque criant de vision et de sang-froid politiques. Cette situation et cette manœuvre ne sont guère étonnantes : elles ont déjà sévi entre novembre 2010 et janvier 2011 lors de l'élaboration du budget 2011 à l'aube du passage aux RCE.

Pour que chacun comprenne en quoi l'annonce de la subvention ministérielle change profondément la donne budgétaire, vous trouverez ci-dessous une synthèse, sous forme de tableau4, de ce que l'équipe présidentielle se garde bien de communiquer, en dehors d'une information (aux chiffres flous) présentée par le Président au dernier CA réuni le 20 janvier dernier et discrètement mentionnée dans le relevé de délibérations disponible sur notre site institutionnel5. Vous trouverez ci-également tous les liens6 qui vous permettront de vérifier sur pièces la démonstration qui suit. Tous ces documents sont en accès libre sur le site du ministère ou sur le site de notre université.

Le budget 2012 a été voté sur la base d'une prévision d'augmentation de 1,5% de la subvention de l'Etat. Celle-ci, étant de 71.103.031 € en 2011, devait donc, selon les prévisions, passer en 2012 à 72.169.576 €. Mais l'augmentation étant plus importante que prévu (1,8% globalement dont 2,7% pour le seul fonctionnement), la subvention 2012 s'élève en fait à 72.401.972€ soit 232.396€ supplémentaires, selon les calculs que l'on peut avancer compte tenu des chiffres mis à notre disposition.
Or, la réduction de 15.000 heures attendue du recalibrage de l'offre de formation (y compris les non-ouvertures de formations qui ont déjà été décidées fin décembre) permettait d'économiser environ 242.000€ pour l'exercice 2012.
Autrement dit, cette subvention annoncée, qui doit nous apporter 232.396 € supplémentaires, couvre sans problème - une fois les régularisations de calcul effectuées et les non-ouvertures déduites - ce que nous croyions devoir prélever sur l'offre de formation votée en avril 2011.

Nous pouvons toujours attendre une annonce du vice-président du CA nous informant que nous avons travaillé pour rien et que le recalibrage de l'offre de formation est caduc. Un tel revirement reviendrait aussi à admettre, contrairement à tout ce qui est avancé ici et là, que, jusqu'en avril 2011, le travail sur l'offre de formation a été conduit dans une attention constante portée à l'enveloppe horaire allouée, malgré une évaluation des coûts des formations notoirement instable.
C'est cette offre de formation que nous avons construite ensemble en avril 2011 que je défendrai une fois encore demain en CEVU, pour qu'elle soit restaurée dans sa qualité, pour l'avenir de nos étudiants et de notre université.
Mais cette acceptation supposerait que l'équipe présidentielle reconnaisse la précipitation de ses décisions et l'acharnement manifeste avec lequel elle continue de stigmatiser l'offre de formation soupçonnée, en outre, par le vice-président CA, de risque d'"externalisation".

Plusieurs d'entre vous m'ont demandé de faire un bilan sincère de mon action politique dans le domaine des formations durant mon mandat de vice-président CEVU. Jamais je n'ai imaginé m'y soustraire durant cette campagne et, dans les prochains jours, le blog Alternative accueillera nos propositions en matière de formation sur les bases d'une réflexion critique menée sur les récentes évolutions de nos enseignements. Il faut dans un premier temps tirer des leçons, expliquer pourquoi cette offre de formation quinquennale a été conduite de manière si peu compréhensible. Le manque de prospective financière, flagrant, ne devait pas fossiliser notre offre de formation au tournant du quadriennal. D'autant que les faits montrent que nous avions raison d'être créatifs. La force de Bordeaux 3, y compris dans une hypothétique NUB, ce sont ces effectifs étudiants qui exigent d'être à l'écoute de la demande sociale. Donc, au-delà, il faut encore se projeter : préparer le mi-quinquennal de 2013 et se doter des outils indispensables permettant d'évoluer vers le prochain quinquennal 2016-2020. Ces horizons devront immédiatement occuper la nouvelle équipe en place au 1er avril 2012 pour revoir profondément la conduite de nos formations et accomplir ainsi ce que nous avions imaginé depuis plus de deux ans : donner aux UFR, aux équipes pédagogiques et à la Direction des Etudes, les moyens d'assurer la gestion et le suivi des formations et de leur coût en accompagnant les équipes pédagogiques autrement qu'il est possible de le faire actuellement. Tout cela ayant été abandonné, faute de volonté politique, de moyens techniques et d'une structuration adéquate de notre administration.
De cela aussi dépendront notre sérénité et l'amélioration de nos conditions de travail tant attendue de tous.


Jean-Yves Coquelin
élu au CEVU
membre du groupe Alternative




1. PV CA du 17 juin 2011, p.7


"M. JOURDAN souhaite préciser que cette DBM, grâce notamment à l’intégration du bonus quinquennal, démontre la soutenabilité financière de la nouvelle offre de formation."

 

consulter ce PV de CA sur le site de l'université

le télécharger : CA 17-06-2011

 

 

2. PV CA du 4 novembre 2011, pp.5-6


Jean-Paul Jourdan (vice-président CA) : « Les mesures proposées portent à hauteur de 400 000 € en année pleine sur le recalibrage de l’offre de formation, ce qui représente une diminution de l’équivalent de 8 000 heures équivalent/TD. Ce recalibrage interviendra également à la rentrée 2012 et représentera donc une économie de 130 000 € sur l’exercice 2012. »  [...]
Mme Servane Lenoir (Directrice des Affaires Financières) : « Mme LENOIR rappelle l’incertitude sur le montant des recettes prévisionnelles du budget 2012. Elle donne l’exemple du modèle SYMPA qui détermine notre DGF qui a été estimée en augmentation de 1,5 %, soit le plancher des augmentations 2011, alors que nous avions bénéficié en 2011 d’une augmentation de 3 %, qui aurait dû être de 3,7 % si un écrêtement n’avait pas été décidé en haut lieu. » […]
Le président BRUN annonce qu’il rencontrera M. HETZEL vers le 20 novembre mais il y a peu d’espoir que le ministère débloque des crédits. L’idéal serait un collectif budgétaire à l’été 2012. […]
M. BEYLOT déplore que l’Etat n’ait pas tenu ses engagements mais il considère que cela était prévisible. Il ajoute qu’il avait annoncé dès le printemps le caractère non soutenable de l’offre de formation présentée et qu’il était préférable de proposer une Offre de Formation plus conforme à nos possibilités financières.


consulter ce PV de CA sur le site de l'université

le télécharger : CA 04-11-2011

 

 

3. PV CA du 25 novembre 2011, p.6


Mme CAILLOT présente le projet de recalibrage de l’offre de formation adopté dans le cadre du vote des grandes masses du budget 2012. Par ce vote du 4 novembre, l’établissement s’est engagé à réduire, à l’horizon 2012/2013, le budget « heures complémentaires » de 400 000 € soit l’équivalent de 7 612 heures (sur une base tarifaire de 52,55 € de l’heure) sur une prévision globale de 75 000 heures. Après confrontation des données relatives à la charge théorique des maquettes votées par le CA le 1er avril 2011 avec la réalité des emplois du temps et services mis en oeuvre pour cette année 2011/2012, il a été constaté une charge prévisionnelle de 78 108 heures qui a conduit à revoir à la hausse la diminution nécessaire de l’offre de formation, à hauteur de 10 720 heures. Mme CAILLOT signale le choix de l’équipe présidentielle, visant à renforcer la visibilité de notre offre de formation et donc à limiter autant que possible l’annualisation du débat relatif à l’offre de formation, d’aborder ce travail en prenant en compte à la fois, l’augmentation progressive du coût des formations 2011/2012 votée par le CA le 1er avril 2011 (induite par la mise en oeuvre elle-même progressive de ces nouvelles maquettes) et le respect des engagements pris en matière d’ouverture ou de réouverture de formations (notamment licence chanson française, master traduction et master arabe). Compte tenu de ce périmètre de réflexion, le recalibrage de l’offre de formation, nécessaire pour en garantir la soutenabilité financière, est estimé à 15 000 heures. […]
M. BEYLOT signale l’importance des écarts par rapport aux données présentées lors du vote des grandes masses le 4 novembre. Il déclare regretter la variation du mode de calcul du coût de cette Offre de Formation dont la responsabilité est renvoyée vers les UFR. Il déplore qu’après une augmentation de l’offre de formation de plus de 30 000 heures, l’équipe présidentielle soit désormais contrainte de procéder à des réductions importantes en catastrophe trois mois après. […]
Le président BRUN répond que ce recalibrage est le résultat du vote des conseils qui ont entériné le principe d’ouverture et de fermetures de formations. Il se dit en accord avec M. BEYLOT pour considérer que notre offre de formation est difficilement soutenable car nous manquons, au vu du budget alloué par l’État pour une offre de formation que ce dernier a validée il y a un an de cela, de moyens humains et financiers.

 

consulter ce PV de CA sur le site de l'université

le télécharger : CA 25-11-2011

 

 

4. tableau de synthèse des prévisions budgétaires et de l'annonce d'attribution de la subvention 2012


 

télécharger ce tableau : subvention 2012 BX3

 

 

5. Relevé de délibérations du CA du 20 janvier 2012


Monsieur le Président a communiqué au Conseil d'Administration les dernières informations relatives au budget 2012 et notamment à la Dotation Globale de Fonctionnement. Le Ministère a rendu publics les résultats du modèle de répartition des moyens (modèle SYMPA) qui attribuent à notre établissement une augmentation de 2,7% ce qui nous place dans les 20 universités françaises qui bénéficient d’une hausse de plus de 2,5%. Alors que la hausse moyenne est limitée à 1,2%, cette information illustre à la fois la dynamique positive des effectifs d’étudiants et la qualité de la recherche au sein de nos équipes. Le budget 2012 ayant été construit sur la base d’une hypothèse de progression de 1,5%, cette information représente une augmentation de nos prévisions de recettes estimées à près de 150 000 €.

 

consulter ce relevé sur le site de l'université

le télécharger : relevé de délibérations CA 20 janvier 2012

 

6. Annonce des subventions 2012 du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche  disponible sur le site du Ministère


consulter le communiqué de presse sur le site du ministère
consulter les montants des subventions 2012 dont celle de Bordeaux 3 sur le site du ministère

 

Si vous voulez consulter le budget 2012 de Bordeaux 3 :
consulter le budget 2012 sur le site de l'université

télécharger le budget 2012 de Bordeaux 3

 

Si vous voulez consulter le budget 2011 de Bordeaux 3 :
consulter le budget 2011 sur le site de l'université

télécharger le budget 2011 de Bordeaux 3



25/01/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres