Alternative Université Bordeaux 3

6 > notre position face à la NUB

Nouvelle Université de Bordeaux (NUB) : un positionnement clair

Les échos qui nous arrivent du chantier NUB révèlent de plus en plus d’obstacles qui nous confortent dans l’idée que le processus retenu pour construire un établissement unique au 1er janvier 2014 n’était pas le bon. Alors que six des sept membres du PRES Université de Bordeaux, hors Bordeaux 3, ont signé un projet quinquennal commun les conduisant vers leur disparition au profit de la création d’un nouvel établissement, la majorité d'entre eux a récemment rejeté le modèle qui leur était proposé à l’issue du travail préparatoire. Il faut voir là le signe que si les six membres du PRES misaient sur la constitution de la NUB pour emporter la course aux IDEX et LABEX (Initiatives d’Excellence et Laboratoires d’Excellence), ils en voient mieux aujourd’hui les dangers. Nous nous réjouissons que notre établissement ait choisi, depuis le début du processus, de dénoncer le schéma écrasant d’une fusion imposée. Néanmoins, nous pensons que la position d’« observateur » dans les diverses commissions chargées de préparer l’établissement unique n’a pu mettre en valeur ni nos différences ni nos points de vue. Nos collègues désignés comme tels ont rapidement, et nous le comprenons fort bien, déserté des réunions auxquelles d’ailleurs ils n’étaient pas chargés de contribuer en apportant un message de Bordeaux 3 travaillé collectivement. La position d’observateur aurait dû au contraire, nous permettre d’avancer des contre-propositions susceptibles de modifier en profondeur le projet initial, notamment en substituant au modèle fusionnel un modèle fédéral. Il nous faut choisir aujourd’hui entre intégrer derechef le projet NUB comme les autres membres comme le propose la liste "Agir pour Bordeaux 3", rester en marge, ou engager des négociations permettant de définir une troisième voie, fédérale, qui garantisse notre indépendance tout en nous impliquant, dans les secteurs identifiés comme opportuns, dans des projets inter-établissements qui  renforcent notre coopération inter-universitaire.

En outre, ce chantier de rapprochement des établissements s’est construit sous l’angle ingrat du montage technocratique centré sur les missions administratives. Nous proposons de ce fait trois conditions non négociables pour repenser cette Nouvelle Université de Bordeaux et relancer les négociations avec nos partenaires dans le but de les convaincre d'adopter un modèle fédéral construit, étape par étape, sur l'extension de la coopération inter-universitaire déjà existante.
1/ Comme en interne, restaurer la prépondérance de la vision politique, régler les problèmes de représentation, compétences et pouvoirs afin de faire entendre la voix de Bordeaux 3 au sein d’une structure élargie.
2/ La constitution de la NUB doit en faire un établissement fédéral qui garantisse l’autonomie des établissements fondateurs sur ses missions fondamentales, sur ses moyens et sur ses possibilités d’opposition dans les champs essentiels de compétences.
3/ Le modèle de répartition des moyens, qui n’a même jamais été évoqué jusqu’à présent, doit être inscrit dans les statuts de la NUB et ne faire l’objet de révision qu’à l’unanimité des présidents des établissements membres.

 

 

 

La seule façon de protéger et défendre notre enseignement, notre recherche et nos personnels est d’exiger toute la clarté possible sur ce processus de constitution d’une Université Nouvelle, en particulier sur les moyens mis à disposition de chaque secteur de formation, de recherche.

 

 



28/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres